Rohff - L'appat du gain

Publié le par Hillslion

Pour drogue et respect, les frères s’butent
De couilles en béton armé sont bâties nos réput’
On joue d’la Kalach’ comme guitare et c’est pas d’la flûte
Parole d’homme fait tapiner parole de pute
Les sacrifices du rrain-té n’ont pas d’prix
L’argent n’a pas les moyens d’soudoyer mon esprit
Les tafioles arrivent à manipuler tout Paris
Les hommes s’comportent comme des tainps et font crari
Les salopes gavées se paient des porte-flingues
Toute une mentale effacée par des baltringues
Les yeux fermés, mecs de tess prêts à sucer
Trop pressé de palper un semblant de succès
L'imam nous met en garde contre les passions
C’est d’là qu’est Iblis de son intégration
Les lâches le sont depuis les cours de récréation
Sèment la discorde, et ce, depuis la création
Leur amitié, une groupie sans considération
Complexés, bandeurs, de mauvais garçons
L'idée d’instrumentaliser leurs fantasmes
Diviser pour mieux régner, monétiser ce marasme
Utilisés les uns contre les autres
Déchaîner les Enfers et nous rejeter la faute
Enfants d’la justice s’y connaissent en politique
Bien plus que des guerriers aux faiblesses de fanatiques
Stratégie de geek, mentalité d’fils unique
Protégé médiatique, "nique ta mère" et la gimmick
J’kicke à contre-sens en pleins phares
Pas d’ceux qui s’laissent téléguider par des koufars
L’capitalisme ici n’a aucun pouvoir
Des bastos vont se perdre en guise de pourboires

(x2)
Réveillez-vous, réveillez-vous
Cailles-ra, voyous, repositionnez-vous
Ne vous laissez pas duper par l’appât du gain
Ne vous laissez pas duper par l’appât du gain

My nigga, my rebeu, réveillez-vous
Je suis des vôtres, c’est eux contre nous
Mon amour pour les tieqs est inconditionnel
C’est la rue qui m’a fait, donc on est fusionnel
Le game, j’en fais une affaire personnelle
Son crâne d’œuf rebondira sous mes semelles
Ma parole est ferme, toujours formelle
L’premier qui s’en mêle, finira pas la semaine
L’oseille les a tous corrompus
J’ai lu toutes les pages de leur cœur après qu’ils aient bien bu
Frérot, c’est taureau contre zébu
Autrement dit, c’est Rocco contre une celle-pu
Tel Rocky j’frappe mains nues dans viande crue
J’piétine leur égo, fais tomber leur statue
J’brûle leur culture de vendus
Des blasphémateurs, associateurs d'vant Dieu
Quelle que soit la manière, on mourra tous
Ils aiment trop la vie, leurs jardins d’Eden ils poussent
Ils courent après nous pour un coup d’pouce
Ils retournent leur veste quand on entend plus Hous’
Ils trahissent nos valeurs, chahad en décédant
Négro, ils encourent une agression sans précédent
Reprenez-vous, demandez pardon
Eloignez couscous, mafé d'tous ces lardons
J’suis leur cauchemar, parce que je résonne
Jouez les rockstars ; ici, vous n’êtes personne
Aucune estime pour leur chair humaine
J’fais couler le flow comme le pus qui afflue dans leurs veines
Ces trav’ refoulés pensent tenir les rennes, pouvoir stopper le règne
On les fera maigrir sur l’régime de leur haine
J’discerne les ruses de leurs coups-bas mensongers
J’n'ai enfanté qu’l'Afrique et je la fais manger
J’les connais par cœur comme si j’les avais chiés
C’est en connaissant l’ennemi qu’on anticipe le danger

(x2)
Réveillez-vous, réveillez-vous
Cailles-ra, voyous, repositionnez-vous
Ne vous laissez pas duper par l’appât du gain
Ne vous laissez pas duper par l’appât du gain

Ils ont trouvé plus rageux
Ils ont trouvé plus courageux
Ils ont trouvé bien meilleur qu’eux
Vous êtes forcés d’ouvrir les yeux
Ils ont trouvé plus rageux
Ils ont trouvé plus courageux
Ils ont trouvé bien meilleur qu’eux
Vous êtes forcés d’ouvrir les yeux
J’explore l’esprit dans toute sa dimension
J’pousse la réflexion plus profond qu’un franc-maçon
Ma parole a porté bien des générations
Ma voix à elle seule constitue une institution
Criminel sur le plan intellectuel
Opérationnel sur le plan conflictuel
Stratégie du coup d’barre, choc émotionnel
Écrasement d’tête comme le veut le rituel
Nos baloches fonctionnent aux piles alcalines
Forgée par le feu, l’enfance n’a rien de câline
Au service de l’adrénaline
Charbonneurs d’égouts, l'âge mental de Staline

Rohff - L'appat du gain

Commenter cet article