Fababy - Evil

Publié le par Natsuki

Baby Baby no more... You know, Nova Corp

La rue m'aime, mais j'ai tenté d'la fuir
Demande pas à un ex-soldat de taffer dans un stand de tir
Mauvais choix de carrière, je fais des choses qui m'ont coupé le sommeil
Dur à approcher, mais chaud, un peu comme le soleil
Ici, on fait notre argent seul ; un calibre, une folie...
C'est pour mes gars d’Argenteuil, Aulnay, Mantes-La-Jolie
Symphonie des chargeurs ; Attends, j'vais bien m'installer
Les douilles tomberont sur le sol, ça s'arrête plus de raffaler
On a tous besoin de quelqu'un ; ici, personne s'enterre seul
La rue est remplie de vices, de quoi bien fermer ton cercueil
Y a pas de "mi amor", mais rien que ça nique à mort
Aux beurettes qui chauffent mes khel pour voir comment ça nique un noir
J'leur tends la main, ils parlent sur moi devant des femmes et des fans
Si un jour j'te fais une fleur, n'oubliez jamais qu'elle fane
Des ennemis partout ; re-noi, j'vis constamment stressé
Mal aimé, mal nourri, donc Baby a régressé
J'ai mis les punchlines à la mode et ces bâtards m'ont cé-su
Qu'est-ce qu'il manque à leurs textes de rue crus ? C'est du vécu.
J'réponds pas aux clash de salopes, c'est pour ça qu'je me suis tu
T'veux m'faire la guerre ? Même chez toi, tu serras même pas en sécu'
Pour un rien, on s'tape... J'entends "Fababy, what's up ?"
Comme les algériens d'en bas, moi, j'règle tout au sabre
Esclaves de nos désirs, mais parfois on souffre
Quand la mort vient te refroidir, ici, personne te couvre
J'ai bercé les haineux, ça les arrange pas
Donc il font tourner la rumeur comme quoi j'suis une lance-ba
Ils ont tout fait pour que j'arrête de ter-chan
J'ai un casier de pyromane, c'est pas pour ça que j'bé-flam
La vie d'rue me stresse
Pas d'argent, pas d'mandats, pour mes frères en hebs
Un gros chèque, maman est en hess
Une rafale comme les pays de l'est
J'ai vécu pauvre et un peu stressé
Ma foi est au bord de l'eau et j'risque encore de pécher
De la bicrave au rap, c'était pour payer le loyer
J'ai côtoyé des chiennes, j'ai fini par aboyer
On m'demande même plus comment je vais, on regarde juste mes finances
Le regret de mes proches multiplie, et moi, j'encaisse en silence
Confession ou thérapie, j'sais pas encore c'est quoi l'thème
Mesure après mesure, je m'éloigne du rap game
Me parle pas de couple, en amour, j'suis limité
Quand l'huissier prend tes meubles, il prend même ta dignité
Ici bas ou dans l'au-delà, on sait très bien que tout se paie
Des gars à moi ont touché l'fond avant d'finir la bouteille
J'perds des potes, j'suis plus heureux d'être célèbre
Les croissants d'lune nourissent aucun rêve
Quand les lumières s'éteignent, j'suis parano et bizzare
Pour avoir l'biff de Hazard, on écoute même plus Eden
Marié à la rue, j'ai engendré la poisse
J'ai beau écrire des litres, l'Afrique a toujours soif
L'écriture, c'est pas inné
Dis au public qu'j'ai fé-ta
Baby, je sais pas où j'suis né, mais je sais que je mourrai quelque part
Ah, nan ! Certains me regardent bizzarement
J'ai des frères morts violemment
Histoires de rue, mises à l'amende, baby
J'jure comme Snoop, j'rappe comme j'souffre, j'rappe dans l'trou, j'rappe dans l'flou, j'raconte tout
Soit personne ne m'aime ; soit, personne me le montre
En même temps que les cadavres, les remords remontent
Big up à mes sœurs et notre lit superposé
Si l'épreuve d'amour est inflammable, ma mère serait sur un bûcher
Et en punchline, j'ai tout fait
L'impression d'étouffer
Même si le soleil se lève, certains veulent rester couchés
Priez pour moi, j'irai peut-être en enfer
Un délit, j'irai peut-etre à Nanterre
Défendu tellement d'causes
Au mic, dit tellement d'choses
Tu risques de t'faire refroidir, le flingue est sous l'manteau
Décision, finition, punition
Dieu pardonne, mais pas nos munitions
Ce sont des sous-sols ou des sous sales
Ouais, c'est vrai, j'suis beaucoup plus fort quand j'rappe tout seul
Nan, nan, nan, j'ai toujours pas sommeil
C'est l'histoire d'une étoile qui voulait voir le soleil

Acheter l'album ou les MP3 sur Fnac  
   

Commenter cet article