The Shin Sekai & Maître Gims - Un sourire

Publié le par Hillslion

Bienvenue chez moi, les tunnels du métro parisien,
Où l’humanité ne signifie plus rien

Sous les panneaux publicitaires, mon corps est inerte
Oh pourquoi la vie n’est jamais belle, nan, pour un SDF ?
Oh toi qui me méprises, je ne te demande pas la lune

Juste, un sourire, un geste, un regard
Pour voir la peine qui se cache dans ses larmes
Je me sens seul ; dois-je te supplier pour avoir
Un sourire, un geste, un regard ?

Bienvenue chez moi, hey

Bienvenue chez moi, oh oh ah

Vous qui n’êtes jamais tout seuls, je vous envie

Juste un sourire pour me prouver que je suis en vie
Y en a même quelques-uns que j’ai vu grandir
Mais qui se rappelle de celui qui ne change pas d’avis ?
Je ne fuyais plus, je ne riais plus
Je n’ai plus la force de continuer
La vie m’a déçu
Plus rien ne me supporte, donnez-moi la force
Une coquille vide, voilà ce qu’est mon corps
Est-ce que mon cœur est mort ?
Les gens passent et je me demande encore si je ne suis qu’un décor
Je ne demande pas la lune

Juste un sourire, un geste, un regard
Pour voir la peine qui se cache dans ses larmes
Je me sens seul ; dois-je te supplier pour avoir
Un sourire, un geste, un regard ?

Ni les mots, ni les actes ne m’atteindront
Tout le monde me regarde, mais qui connaît mon nom ?
Je comprends pourquoi la réalité dépasse de loin la fiction
Tout comme cette fleur, je traverserai les quatre saisons
J’essaye, j’essaye
J’essaye de résister

Mais tout ça, c’est des mots

La vérité, c’est qu’on oublie avec un peu d’euros
Coca, whisky, Marlboro
Je m’endormirai après le dernier métro

Un sourire, un geste, un regard
Pour voir la peine qui se cache dans ses larmes
Je me sens seul ; dois-je te supplier pour avoir
Un sourire, un geste, un regard ?

Un sourire, un geste, un regard
Pour voir la peine qui se cache dans ses larmes
Je me sens seul, si seul, si seul, si seul, si seul, si seul
Juste un sourire, un geste, un regard

The Shin Sekai & Maître Gims - Un sourire
Acheter l'album ou les MP3 sur Fnac  
   

Commenter cet article