Jul - Oubliez-moi

Publié le par Hillslion

Si je peux me permettre
Si je peux me permettre, ça m'imite, m'imite
Sur leurs murs, ouais, ils sont pleins de tminiks, tminiks
On juge pas une personne à son physique, physique
Ils m'voient brave, mais s'il faut je milite, milite
Ils sont pleins de Kalash', de neuf milli', milli'
J'me demande c'est quand que ça va s'finir, finir
J'suis posé avec une miss, elle m'fait des guilis, guilis
Elle m'parle sexe, j'lui dis c'est au feeling, feeling
J'fais des choses, on m'a dit : "ne les regrette pas"
On m'a dit : "quand tu causes, tu fais plus de bruit que l'État"
Tous les jours, j'me lève du pied gauche, envie de tirer dans le tas
J'suis venu pour te faire danser, rester gravé dans le temps
J'ferme pas ma gueule, j'me mêle, m'évade au caramel
Dise again, j'ai pas d'Kalash' dans la malle du 400 ML
ML ML, là t'es mal, comme Frank face à Mel
T'aimerais te faire la malle, mais y a Elvi', tu penses à elle

J'en ai vu toute l'année, oubliez-moi
Oubliez-moi, oubliez-moi
Et plus de tête, on saute à quatre ; vas-y, viens nous baiser
Dans ma tête, c'est GTA 4, ça commence à peser
À peser, à peser

Que ça s'rafale, la monnaie les ensorcèle
Ça fait les costauds à la salle, mais ils sont pleins de mise en scène
Ah, c'est l'heure ; j'me dois d'les descendre
Donc j'fais des sons sans arrêt, j'les harcèle
Quand j'ai les nerfs, j'suis fané ; j'fais des tours, je parle seul
Faudrait qu'je marche avec mon couz' ; tous les jours, y a la hantise
Faut taffer dur pour le flouze parc'que quand y a pas un, on tise
Tu vois les choses, j'vois l'guetteur sur sa chaise
On fait comprendre que ça fait des tises
Ça crie fort ; s'ils viennent, on les baise
J'comprends pas ; ils sont jaloux parc'que j'fais d'la musique, musique
Parc'que j'ai fait signer Ghetto Phénomène à l'usine, l'usine
Parc'que Kamikaze fait des freestyles en mode Uzi, Uzi
Tous, ils chenef ; c'est chaud, frangin ; j'crois qu'j'hallucine-lucine

(x3)
J'en ai vu toute l'année, oubliez-moi
Oubliez-moi, oubliez-moi
Et plus de tête, on saute à quatre ; vas-y, viens nous baiser
Dans ma tête, c'est GTA 4, ça commence à peser
À peser, à peser

Commenter cet article