Jul & Sofien - Le Vice du Ghetto

Publié le par Hillslion

Tu sais qu’on connaît tous le vice du ghetto
Tu m’as planté dans l’dos mais j’t’ai pardonné
Trop bon, trop con”, on me l’a dit très tôt
À force de pas avoir, moi, j’ai fini par donner
Des soucis dans la tête, dur d’oublier
J’aimerais partir en traître, quitter le ghetto
Des billets dans la tête, j’oublie d’prier
La vie te guette quand toi tu regardes dans l’rétro

J’écris, je zone, je vois
J’écoute pas tout l’temps, je crois
Je fuis pas tout l’temps, j’arrive
Je bois et tout l’temps, j’me noie
J’cours, ça crie “I win”, demande à Benoît
Les flics du cinq, on vous connaît tous
Mettez-vous un doigt
À croire qu’je parle dans le vent
Quand t’es devant moi, tu te vantes
Tu connais la loi : parle pas trop
Montre c’que t’as dans le ventre
Que tu sois en bolide
Ou mal sapé en piétons
N’importe quelle galère au quartier
Tu sais qu’nous la fêtons
Avec une H à la main
Ou un flash dans la tête
Chez moi, la vie c’est un refrain
Que j’écoute sans cesse
Les problèmes
Les trahisons, les promesses
Les gadjis, oh laisse
Amour est égal à grosse lèche
J’me confesse au public
J’suis c’garçon qui s’contente de peu
J’aurai quelque chose, si j’le veux
En plus d’avoir un souffle au cœur, y a la tempête
Tu veux faire trempette
Des gadjis comme ça y en a tant, pet'
Hé mon pote, reste tranquille, fume ton pét’, le concept
C’est montrer la vraie rage
Que t’as dans tes allures de trompettes
Dans l’rap, j’vais tout niquer
Au quartier, les flics ils tournent
Poto, c’est pire qu’un tourniquet
Cache le bon
Les shmits arrivent, tu fais des bons
Pour de bon, arrête la fumette
Tu rentres devant ta mère défonc’
Bref, tu rentres chez toi
T’oublies tout, pas ta cachette
Ta mère prend des cachets
Parc’que tu portes la gâchette
Tu t’voies devant la mer
Grosse caisse tu décapotes
Tant mieux pour toi
T’enfiles les Lacoste comme les capotes
Fallait que ça parte de là
Quand y a un proche qui part
Tu comptes plus les flaques de larmes
Hommage à ceux partis
À ceux recherchés dans l’maquis
À ceux qui ont tenu dans l’quartier
Depuis l’époque du paki
J’écris c’texte
Et mes potes me pistent comme un robot
Ils m’disent : “c’est quand qu’tu perces ?”
J’leur dis franco : “ça serait trop beau”
J’ignore les risques quand ça parle famille
Quand ça t’la mis alors qu’c’est ton ami
Ma vie, elle est dure tu sais
J’me mens pas à moi-même
Comme cette fille qui dit
Tu sais, moi, j’resterai tout l’temps pucelle”
Je cherche toujours plus simple
J’ai vécu, mais j’ai rien à voir
En manque de rap
Comme cet alcoolique qu’a plus rien à boire
Tu voulais du lourd ?
En veux-tu, en voilà
J’me rappelle au parloir
Le paquetage, tu l’envoies là
J’ai vu les sourires et les larmes
Les bons moments et les drames
J’ai pas gambergé pour rien
J’ai compris les hommes et les femmes
J’me suis senti supérieur
Moi, tout seul, j’me suis rabaissé
La juge t’encule à sec
C’est pas demain qu’on va la baiser
Je sais qu’j’ai pas tout dit
Mais j’vous laisse, moi, j’ai une vie
Dès qu’j’vais lâcher le mic’
Au moins, j’vais m’sentir vide

(x2)
Tu sais qu’on connaît tous le vice du ghetto
Tu m’as planté dans l’dos mais j’t’ai pardonné
Trop bon, trop con”, on me l’a dit très tôt
À force de pas avoir, moi, j’ai fini par donner
Des soucis dans la tête, dur d’oublier
J’aimerais partir en traître, quitter le ghetto
Des billets dans la tête, j’oublie d’prier
La vie te guette quand toi tu regardes dans l’rétro

Jul & Sofien - Le Vice du Ghetto

Commenter cet article