Georgio - Héra

Publié le par Hillslion

Cigarette dans la main gauche, volant dans la main droite
La fenêtre ouverte et le chauffage à fond

(x2)
Un jour, j'ai rencontré Héra et depuis je vous emmerde
Je suis rentré dans vos routines, parti en courant d'air
Maintenant, je vais boire tout le voyage jusqu'au bout de la nuit
Effacer les mirages, apprécier le goût de la vie

Prends juste un sac et pas de bagages en soute
Aujourd'hui, j'ai les idées claires
Je me casse, je laisse Paname dans le flou
Une fois la Tour Eiffel derrière moi, j'avoue
J'ai commencé à douter, Paris on se retrouvera sans doute
Personne a pris ma foi, alors je brise les codes à vive allure
Je pisse droit, mes voyages jamais soumis à vos dictatures
Mes nuages sont indolores depuis que je sais où je vais
Puisque la vie vaut de l'or, expliquez-moi le sang dans les CJD
J'ai l'impression que là où je respire, d'autres meurent étouffés
J'ignore où se trouve le cimetière de la jeunesse
Et miroir, excuse-toi de me créer des chaînes
J'suis pas rancunier
Héra, sa cigarette diffuse, et on part en fumée

(x2)
Un jour, j'ai rencontré Héra et depuis je vous emmerde
Je suis rentré dans vos routines, parti en courant d'air
Maintenant, je vais boire tout le voyage jusqu'au bout de la nuit
Effacer les mirages, apprécier le goût de la vie

Je rentre à l'aube d'une nuit endiablée par l'ivresse
Je rejoins mes potes qui sortent de boîte
La gueule de bois, et dans les premiers bus, tout le monde le remarque
On est différents, on parle fort, rien de bien méchant
Aller taffer, plus jamais, j'ai de l’empathie pour les gens
Qui ont pas eu le courage ou le choix que de se lever
Toute leur vie pour pas grand-chose
L'éducation, l'ouverture d'esprit rend nos parents pauvres
Il faut le comprendre et je crois que seul le temps nous le permet
On perd le notre sur internet, des trous dans la cervelle
Faire semblant d'avoir pas peur la diminue, on fait tous pareil
Puisqu'on doute toute l'année, mon sourire ferait croire que je souffre à peine
Alors que j'étais condamné à me planter les intestins
Héra, y a sa joie de vivre et on court après le train

(x2)
Un jour, j'ai rencontré Héra et depuis je vous emmerde
Je suis rentré dans vos routines, parti en courant d'air
Maintenant, je vais boire tout le voyage jusqu'au bout de la nuit
Effacer les mirages, apprécier le goût de la vie

Tu peux te noyer dans le vert des yeux
Ou le vert marécageux de l'absinthe
T'as le droit de garder le silence
Qu'on soit deux ou qu'on soit cinq
Moi, j'ai choisi de partir dès que je pouvais avant que tout stoppe
Rien à foutre d'être martyr, je marche en équilibre sur un rooftop
Et je donnerai le meilleur de ma confiance quand on s'endormira pouls contre pouls
Les voyages, le contrecoup
J'emmerde les "peut-être", des histoires, y en aura d'autres encore

Héra, ses craintes près de la fenêtre, et l'avion s'envole

Commenter cet article