Jul - Qu'ils me laissent

Publié le par Hillslion

J'ai perdu mon temps, un frère, et peut-être même mon cœur
Si tu m'aimes, dis-moi c'que j'dois faire pour oublier cette rancœur
Ils sont jaloux, j'ai pris trop d'avance
Disque d'or, j'ai pas pris d'vacances
Viens au stud', tu sens la cadence
Rapta, sur mes sons, ça fait des pas de danse
Je veux partir d'là et tout ça vite vite
Je me dois de te faire kiffer sur le beat-beat
Hé ouais, même ta femme pour des sous elle te quitte-quitte
Pour un autre, elle court plus vite que Bip Bip
Y a des gens bizarres autour de moi qui tournent
Toujours armé quand ça va faire un p'tit tour
J'évite le quartier quand les flics y tournent
Pour mon manager, je dirai jamais « je quitte tout »
J'en ai le cœur qui parle, et des larmes qui coulent
Pour s'sentir fort, il porterait dix couilles
Ça peut paraître ridicule, suffit d'un BDH et c'est le tiek qui coule
J'sais pas si tu m'comprends, j'sais pas si, pour toi, je compte tant
Mais sache que tout ce que j’t'ai donné, c'est avec le sourire, content
Wesh poto, regarde, ils me disaient "mon frère", même plus on s'regarde
Ouais, ma life a changé ; à cause d'eux, je reste sur mes gardes
Ils font tout en traître, j'en ai mal au dos,
Pour les jaloux, y a pas de repo
s
Ils diront plus que j'ai pas de couilles quand j'vais leur mettre celles à Rocco
J'grandis, j'oublie pas et j'note
J'reste le même et je fuck les lèches-bottes (j'reste le même et j'fuck les lèches-bottes)
Six heures, ça pète, y a les schmits devant la porte,
Arah, descente, ça s'est caché dans l'appart
'
Fais pas le con, ne menace pas la proc', ta vie entre ses mains, elle a toutes les cartes
Cambu, ça paye ; le volet, il te l'écarte
Marseille, c'est chaud ; c'est charbon et les cartes
Une envie de prendre des *** et de faire des chattes (et de faire des chattes)
On m'a dit "Jul, vas-y, tarte-les ; t'es dans la légende, vas-y, marque-les."
Les BDH, faudrait les marteler, tous les frères qu'on arrache derrière les barbelés
Je me lève, j'ai trop la haine, j'parle pas
J'pleure seul comme un enfant, tard le soir
Ils m'ont enlevé mon cœur, j'commence à réaliser, mais j'arrive pas à le croire
Liga One pour tous les jaloux
On se taillerait de là si ça n'tenait qu'à nous
Franchement, rien à foutre de vous, dans vos murs ne parlez pas d'nous

(x2)
Mais qu'ils me laissent, mais qu'ils me laissent
J'les laisse parler de moi, mais qu'ils me laissent
Tu veux me niquer, tu t'es cru où toi ?
T'as oublié c'que j'ai fait pour toi
Tu m'as trahi ; on s'demande pourquoi (pourquoi)

Moi, c'est Jul, gros, j'imite pas
J'fais plus d'sport, en plus je me vide pas
Tu te plains quand on t'demande un service
Mais quand c'est pour toi, tu viens, t'hésites pas
J'écris ce texte, pétard au bec
Larmes qui coulent salées sur mes pecs
J'reste en indé', j'préfère l'amour d'un frère
Que l'gros chiffre qu'il y a sur vos chèque
s
L'honneur, le respect, pour moi ça vaut cher
Quand un de nous tombe, les ennemis font Cheh
Les blablateurs, t'inquiète, je m'en charge
J'évite tout le monde et je peux te dire que les faux serrent
Y a plus d'amour, cœur ouvert en deux
Y a que Moïse qu'ouvre la mer en deux
Donne ma confiance, on me la rend peu
Je n'aime pas les gens qui se lamentent
Sans forcer, ils veulent c'que j'ai acquis
Ça me dit qu'ils disent qu'ici, y a qu'des putes
Et personne dit : "wesh, tu parles à qui ?"
Ils ne parlent pas en face, pour moi c'est qu'des pétasses
Ils marronnent de nos lifes, ils apprennent de nous pour faire des pesetas
Depuis que j'ai le buzz, j'ai des nouveaux couz'
Depuis que j'grimpe, j'ai des nouveaux coups durs
On est cinq-six à se tenir les coudes
On avance sans se mélanger pour éviter les coups de putes
Que tu parles de moi, alors écoute, toi
J'ai tout ce qu'il faut ; j'm'en bats les couilles d'toi
Au tiek, tu fais le padre, mais tu sors d'où toi ?
Je crois t'es le premier qui va goûter le douze, toi
On parle pas, on passe à l'acte
On se fait discrets, évite les balades
On mène des vies de malade
Perruque, lunettes, évite les banal'
Lacrizeomic gravé dans les annales
On fête ça, donc on va prendre two packs
Devant moi, ils deviennent tous pâles, à croire qu'ils ont vu TuPac
La poisse, j'veux la quitter ; dans le cœur, j'ai un couteau
Croire, croire qu'dans l'océan, je suis la goutte d'eau
Je n'écoute pas tous ces mythos
Je fume pour oublier et je me nique les chicos
Et je sais pas, ouais, je sais plus
Même plus j'sépare, car y a qu'des putes
Personne t'épargne, tout le monde sait pas
Tout le monde t'oublie le jour où on te déplume

Je vis au jour le jour sans penser à demain
Les faux-culs me tournent autour ; dis-leur qu'j'ai deux bras, deux mains
Dégoûté de ma life, je sais même plus quoi m'mettre
Et les Mcs, ils sont light, ils savent même plus où se mettre

(x2)
Mais qu'ils me laissent, mais qu'ils me laissen
t
J'les laisse parler de moi, mais qu'ils me laissent
Tu veux me niquer, tu t'es cru où toi ?
T'as oublié c'que j'ai fait pour toi
Tu m'as trahi ; on s'demande pourquoi (pourquoi)

Acheter l'album ou les MP3 sur Fnac  
   

Commenter cet article