PNL - Obligés de prendre

Publié le par Hillslion

J'ferme les yeux, j'vois la merde ; j'ouvre les yeux, j'vois la merde
J'connais pas d'ler-dea qui vend d'la mort à perte
T'es pas qui t'aurais voulu être ; dommage, la vie est mal faite
Comme ton ennemi qui vit ton rêve le jour de ta fête
La descente est rapide, la montée est si lente
Quelques chromes à mon étoile et j'vois qu'des étoiles filantes
Premier jour d'l'année, premier 'ient, sors tes lov', j'fais un souhait
On voit nos rêves s'étouffer, couler, envoie-leur une bouée
Les démons se rendorment ; j'pose mes armes les anges se réveillent
J'attends mon heure, attends les renforts, égaré du premier kil' à la dernière 'teille
Ça charbonne pas pour la passion ; igo, le but est lucratif
J'te conseille de quitter l'gazon si t'es plutôt du genre craintif
Un peu comme ma bite j'm'embête, heure de pointe la ville s'endette
Ça manque pas d'chienne, ça manque de montant,
Du liquide pas d'chèque pour un peu d'bon temp
s
De l'argent sale sous un fer, d'l'eau bénite sur des mains sales
La fidélité d'un frère, notre survie dans ta massa
Je vis, j'meurs avec mes frères, tu vas pas durer si tu comptes que sur tes potes
Igo, quand t'es dans la merde, y a qu'les mouches qui s'rappellent de la bonne époque
Enchanté, la famille ? C'est comment vers chez oit ?
Ici, comme les dollars c'est gris, j'téma la lune me faire des oigts-d

Pas d'grands discours, on sait qu'la rue est muette, la tête dans un nuage de fumée
Pas d'lumière juste une clope allumée, olive dans les couilles au moins 7 balles assurées
Veux voir c'que c'est d'être en haut, au rez-de-chaussée posté dans l'hall
Le temps coule comme le liquide ; visser la foule, visser les vils-ci...
Rêve toujours de durer, d'pas s'faire péter, d'pas s'faire lever
Levé tôt pour la monnaie, beuh en sachet, caleçon parfumé
Gentil garçon ou garçon mauvais, l'hiver gelé, les pieds enrhumés
Sortir d'la merde, terrain occupé
Buter, buter, les choix assumés ; derrière l'Imam, les genoux pliés
Prier le ciel d'sortir du tunnel ; on fera tout pour, on sera fortunés
C'est fuck les pâtes et fuck la purée, dis-leur qu'on vole, qu'on s'fait pas plumer
La rue, c'est nous ; nous, c'est les ruelles ; on oublie pas, ok habiba
Tout l'temps, les heures où on a sué ; le beurre qui a afflué
Les jours de taule qu'on a tués, nos pas gravés sur ris-Pas
Ris pas, ça pleure devant la Lune ; tu sais pourquoi on est mal lunés
L'argent, le vide et puis les tracas, on s'suicide pas, on préfère le braquage
Bravas gonflés à force de pomper, en cellule, c'est l'feu pas d'pompier
Combler nos vies avant de tomber, s'relever tomber, encore se relever
Dans la foi atteindre son apogée ; parle pas d'mon Dieu, j'pourrais t'amocher
Si t'es un dep', viens pas m'approcher ; crochet d'la vie, ça, on connait
Cligne-cligne des yeux, l'image a sauté ; un jour Fleury, un jour La Santé
Sans s'taire l'ouvrir, pas des mythos, bien plus sensible que ton clito'
Paname, l'endroit qu'on habite, on t'met un doigt pas la bite
Tu connais l'emploi qu'a la bicrave, c'est sauve les siens, pas sauve qui peut

PNL - Obligés de prendre
Acheter l'album ou les MP3 sur Fnac  
   

Commenter cet article