Jul & Houari - On a trop donné

Publié le par Hillslion

.

Casse pas les couilles ; aujourd’hui, j’suis sur les nerfs, frère
Ils sont jaloux, j’les fais danser en parlant terter
J’ferme les yeux quand je pense à c’que tu m’dis
Je m’en tape, j’suis content d’mon parcours y a d’quoi en être fier
Survêt du milan en concert, fais un insert
J’suis bon en rap, mais j’aurais pu jouer à l’Inter
Range tes sous, poto, moi, perso, j’reste en indé’
Avec ma clique, on a d’quoi durer, les faire taire
Personne m’a aidé quand j’restais en bas d’chez moi
Donc dans ma chambre, j’ai taffé comme un Chinois
Fais gaffe à tes paroles, tu pourrais glisser
Tu t’rappelles ? C’est 1.3.5 la patinoire
Y a des loups dans la zone, donc méfie-toi
T’es un fou ; tu laisses ton poto pour une fille, toi ?
J’suis tranquille dans mon dél’, tu viens m’deuh
À venir me parler à l’oreille, mais t’es qui toi ?
C’est pour mes cassos qui nettoient des bastos
Allez vamos, ici pour rien ça s’arrose
Fais gaffe à l’ennemi, ça peut être ton tueur
Qui viendra sur ta tombe te déposer la rose
Y a beaucoup de pleureuses dans l’game ; moi, j’ose
R.D.V. le huit décembre, on envoie la dose
Apprends à m’connaître et tu verras si tu m’aimes pas toz
Trop d’jaloux, sur moi, j’crois qu’le temps est la cause
Seul le soir, j’gamberge sur la Grande Ours
J’vois les traîtres mettre des carottes, se tailler en douce
Ami, ennemi, je sais plus, gros
À chaque fois qu’tu m’vois, c’est pour me parler en flouze
Dédicace à l’Ours, on lâche pas le bitume
À ceux qui pré-commandent mon album sur iTunes
Représente les Baumettes, Luynes, les Salons, le Pontet
Gros, tu sais, on change pas les habitudes
Saint Jean La Puenta, c’est où j’me situe
Mets un “j’aime” sur ma page si l’album il tue
Pas fort en étude, j’voulais des thunes
J’taffais dur en voyant le bonheur derrière une dune
J’vois le monde en petit, normal gros, j’suis sur la Lune
J’ai plein d’potos en taule, j’peux pas tous les assumer
Les problèmes dans ma vie qui arrivent à toute allure
Pas la tête, du coup, j’me suis mis à fumer
J’ai plein d’potos en taule, j’peux pas tous les assumer
J’ai plein d’potos en taule, j’peux pas tous les assumer

On a trop zoné, zoné, zoné, zoné
On a trop donné, donné, donné, donné
Mon rêve, c’est d’finir sur les îles
D’être la fierté de ma ville
Rien qu’je gamberge, rien qu’je gamberge
Ma vie est dure, rien qu’je gamberge
Rien qu’je gamberge, ma vie est dure
On a trop zoné, zoné, zoné, zoné
On a trop donné, donné, donné, donné
Mon rêve, c’est d’finir sur les îles
D’être la fierté de ma ville

Liberté, égalité, mais j’me sens pas libre
Tu veux te refaire ? Va en Espagne, remonte 26 litres
Donne-moi le micro, j’vais m’apaiser
On est trop rapides, ne sois pas pressé
Je les tacle à la gorge, j’rappe ma life
Fuck les toxicos qui prennent la CC
Sur ma rime, tu kiffes, mais là fuck, c’est du son lourd
Ils m’jettent la 3in ; sur pépé, j’ai wallou
Ils se trahissent pour un billet yellow
La Liga One, ouais, c’est bien nous
J’rappe, j’rappe, crois pas qu’ça dort
Imagine-nous en Lambo’ Aventador
Quand t’as des sous, on t’adore
Quand t’en as plus, personne t’attend
Ouais j’rappe, j’rappe, crois pas qu’ça dort
Imagine-nous en Lambo’ Aventador
Quand t’as des sous, on t’adore
Quand t’en as plus, personne t’attend
Arah, y a la BAC, illico j'cache tout
Y a des petits gantés, y’a des fous partout
Ils ont qu'à me niquer, d'un coup j'casse tout
Eux, ils font rien ; ils veulent qu’on fasse tout
On s’en fout d’être célèbre
Le huit décembre, y a le rap sur la selette
On reste forts, on s’en fout d’être célèbres
Le huit décembre, y’a le rap sur la selette
Il m’faut des sous, oui, je rêve de m’en aller
Ils sont jaloux ; on m’a dit d’les laisser parler
Chaque acte a sa conséquence, tu n’es qu’un traître
Elle sera sans toi, la grosse séquence
Il m’faut des sous, oui, je rêve de m’en aller
Ils sont jaloux ; on m’a dit d’les laisser parler
Chaque acte a sa conséquence, tu n’es qu’un traître
Elle sera sans toi, la grosse séquence

On a trop zoné, zoné, zoné, zoné
On a trop donné, donné, donné, donné
Mon rêve, c’est d’finir sur les îles
D’être la fierté de ma ville
Rien qu’je gamberge, rien qu’je gamberge
Ma vie est dure, rien qu’je gamberge
Rien qu’je gamberge, ma vie est dure
On a trop zoné, zoné, zoné, zoné
On a trop donné, donné, donné, donné
Mon rêve, c’est d’finir sur les îles
D’être la fierté de ma ville

Ça roule ; vite, on fait péter la caisse
Si tu comprends pas, ça te blesse
J’suis sûrement en direct de ma tess
D’la mettre dans l’nez, faut que tu cesses
Faut cotiser, faut cotiser
Mais avant, faut faire du blé
Fais pas confiance, ça veut te duper
J’en ai trop vu, eux trop tchoupé, faut pas te louper
Tu peux te couper, pas l’temps d’te shooter
N’attends pas que tout est en place
Pour être grossier, j’m’en bats les couilles
‘M’en bats les couilles
Moi, quand les shmitts me fouillent
Putain, faut qu’on se grouille
Ça fait un bail que seuls on se débrouille
Mais laisse-moi, j’écris ce texte dans le noir
Ok, t’es une armoire, mais n’oublie pas qu’t’es fait de tiroirs
Y a beaucoup trop d’choses qui me met les nerfs
J’joue plus à la Play, mais c’est moi aux manettes
Non non non non, n’envoie pas tout en l’air
J’voulais des millions ; parle-moi en salaire net
C’est la Comoria ; il m’faut de l’argent, des sapes il y a
J’me gère, pendant que toi tu pillaves
De nos péchés, faut qu’on se lave
Tranquilles, posé la noche
Collé à la rue, elle m’a scotchée
Tu veux la quitter, un écrasement d’tête sans pitié
De tout c’que je fais, t’inquiète, j’ai mes raisons
Si j’suis pas dans la zone, viens voir à la maison
Analysons, analysons
Entre nous, nan, y a pas de liaisons
Ne lui cherche pas un alibi
Ton soi-disant frère peut être ton ennemi
Tu veux voir c’que l’on vit, OPPT
Tu connais la devise, viens voir le bello
On a parlé une fois, tu crois qu’t’es ma pelo
Vise mon polo, envoie la nnaie-mo
Bim, je me casse aussitôt
T’as joué l’gros, assume c’que tu vas faire
En rajouter, dis-moi à quoi ça sert ?
Tout l’temps, poto, ouais, toujours déter’
Toujours pépère, sournois dans les airs
T’as joué l’gros, assume c’que tu vas faire
En rajouter, dis-moi à quoi ça sert ?
Tout l’temps, poto, ouais, toujours déter’
Toujours pépère, sournois dans les airs

(x2)
On a trop zoné, zoné, zoné, zoné
On a trop donné, donné, donné, donné
Mon rêve, c’est d’finir sur les îles
D’être la fierté de ma ville
Rien qu’je gamberge, rien qu’je gamberge
Ma vie est dure, rien qu’je gamberge
Rien qu’je gamberge, ma vie est dure
On a trop zoné, zoné, zoné, zoné
On a trop donné, donné, donné, donné
Mon rêve, c’est d’finir sur les îles
D’être la fierté de ma ville

---------------------------------
Merci à Lems pour la transcription !

Jul & Houari - On a trop donné

Commenter cet article