Damien Saez - Les Enfants lune

Publié le par Aline Trinh

Quand je jette à la mer, tristes sanglots je crois
Oui, mes roses en hiver pour barbarie et moi
Alors, j'avais perdu Pierrot dans les marées
De ces bouquets de fleurs qui finissent enterrés.

Et que la mort me prenne ou qu’elle prenne les miens
Puisque tous les cimetières un jour font des jardins
Quel que soit le chemin, j’ai choisi mon destin
Sera celui du cœur, oui, celui de l’humain.

Et si moi je suis là, si je suis l’enfant lune
Et si toi, comme moi, on t’a volé ta lune
Avec ma gueule peinte en blanc au fond du désespoir
Je tiens poing levé, mon drapeau rouge et noir

Qu’on veuille nous violer les marchands de fortune
Les actionnaires du monde, les goudronneurs des dunes
Les sourires nous offrons, à la rue, au goudron
Avec nos gueules peintes en blanc, nos regards d’horizon

Selon les chemins de pluie
Mettre des fleurs à mon pays
Pour toi, puis pour l'humain, je crois
Toujours pour barbarie et moi.

Tu sais, c’est la mélancolie
À offrir aux oiseaux
Tu sais, c’est l’orgue de barbarie
Qui fait chanter Pierrot.

Pierrot recherche Colombine
Pour lui offrir ses orphelines
Toujours au vent du désespoir
Poing levé drapeau rouge et noir.

Pour mettre des fleurs en bouquet
À ce cimetière d'cœurs blessés
Et si nos gueules sont peintes en blanc
Pour te dire un peu les printemps.

Et si nous sommes des enfants lune
Toujours au combat de la plume
Sûr, à la guerre contre le roi,
Nous marchons toi et moi.

Tendons nos bouquets de paille
Poing levé contre la mitraille
Nous sommes les enfants de la lutte
Ouais, qu’importe l’insulte.

Nous posons nos bouquets à ce pays de croix
Nous cherchons un abri pour Colombine et moi
Avec nos gueules peintes en blanc au vent du désespoir
Toujours poing levé, le drapeau rouge et noir.

Et si tombent les roses sur les champs de bataille
Si marchent sur les fleurs les peuples de mitraille
L’éternel et l’espoir à ton sourire gamin
Pour mener le combat et l’amour en chemin

na na na na...

Nous sommes les enfants lune et la force des maîtres
Ne changera jamais la beauté de nos êtres
Si nous sommes tous Pierrot avec nos fleurs en bouquet
De tristesse à offrir à nos désespérés.

Nous n’avons de richesse que nos bouquets de paille
Puis toujours poing levé, qu’importe la bataille
Tous enfants de la terre ont les fils de la lutte
Tous gardiens de son frère, oui, qu’importe l’insulte.

Nous qui n’avons pour vie que le chemin de croix
Toujours frangins de ceux qui combattent les rois
C’est pour nos Colombines, c’est pour l’humain, tu vois
Sur les chemins de pluie pour mener le combat.

Nous sommes nés de novembre avec le cœur d’avril
Nous pleurons nos printemps sous nos battements de cils
Nos larmes gouttes d’or, oui, pour peindre la brume
Nous reprenons la route à l’encre de nos plumes.

Nous sommes les enfants lune et la force des maîtres
Ne changera jamais la beauté de nos êtres
Nous nous tendons nos poings à leur argent de misère
Un sourire de gamin, ça vaut la terre entière.

Nous posons des bouquets à ce pays de croix
Nous cherchons un abri pour Colombine et moi
Avec nos gueules peintes en blanc au vent du désespoir
Toujours poing levé, le drapeau rouge et noir.

Et si tombent les roses sur les champs de bataille
Si marchent sur les fleurs les peuples de mitraille
Éternel est l’espoir à ton sourire gamin
Pour mener le combat et l’amour en chemin.

na na na na ...

Damien Saez - Les Enfants lune
Acheter l'album ou les MP3 sur Fnac  

   

Commenter cet article

Colombine 27/12/2016 13:57

(Une main tendue qui nous fout une claque avec splendeur, Damien ou l'art de désarmer par des mots la souffrance d'un siècle qui s'élève autant qu'il s'enterre... Son retour comme l'espoir, avorté par un monde perverti.) Merci pour ces paroles.