Django - Fable

Publié le par Hillslion

.

Yeah

Dans la vie,  j'ai tellement de mal à faire simple
J'ai l'impression d'interpréter l'ennemi de Villeneuve
Je n'ai pas besoin d'amis ; dans ma tête, on est dix-neuf
Dans la théorie du chaos, j'ai refait le destin
Je ne me livre que très peu comme un grimoire timide
Enveloppé dans la brume comme le village Kiri
Tu me dis que t'as des potos, j'ai des pirates sinistres
De noir vêtu près de la cité de Minas Tirith
Je ne connais que la frustration
Je ne sais pas ce que je veux mais je sais ce que j'fuis
J'écoute mes pulsations
J'ai trouvé la femme de mes rêves au sein d'Elfen Lied (squad)
J'opère dans la nuit comme le docteur Tenma
J'impose le silence qu'Anthony scande
J'ai fréquenté la névrose et la torpeur, j'm'échappe
À ton enterrement, j'suis Boris Vian
Partager l'angoisse est absurde
J'ai dû pratiquer l'Inception ; j'efface mes peurs
Pour le moment, j'expie tous les mots dans l'obscur
Je ne connais que la honte comme Fassbender
J'suis dans la forêt patte de jaguar
Toi, tu es Yajirobe: tu n'as pas de techniques
Byakugan, je peux voir qu'ils n'ont aucune sagesse, j'ai la coiffe prespic
Tapis dans l'ombre, les cristaux s'élèvent
J'ai bien plus de vices que Méphistophélès
Marvin Gaye, Seu Jorge
Je voudrais être un noir comme Nino Ferrer
Bitch Kemo Sabe
J'arrive, j'suis comme Samuel Jackson, 
Frelon, j'ai le time-to-kill
Mais l'oiseau ne chante plus quand les cartouches sifflent

J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre

Mon ami, c'est quoi c'bordel
Tu veux porter l’œil à George Orwell
J'ai vu le Beretta planqué dans le porte-jarretelles
Evidemment, je ne t'apprécie qu'en post-mortem
Ils sont tombés dans le piège (Trap)
Partager ma vie, c'est pas un fairy tale
Tu ne me verras pas souvent comme la vérité
Tu n'as ni queue ni tête comme Péritel
Suicidaire, assassin porte une arme dans la manchette
Américain le poing, mais japonaise est la planchette
Passe-moi ton cœur, j'écris "ma pute est téméraire"
Je ne crains ni le calme, ni la tempête
J'ai entendu la sorcière
Fils de pute, tu m'as laissé pour mort
Mes ennemis sont des projections de subconscient
Absence de corps
Tu dis que t'es fort, sois plus précis s'te plaît
Ces rappeurs font des rêves où je n'existe pas
Pull-up en moto comme Ryan
Maîtrise le piège façon Die Hard
Le magnétophone s'appelle Diane
Anubis sur le médaillon
Jeune Amédée venu d'ailleurs (hé)
J'entrevois la vie comme un jeu d'arcade
Je me sens seul depuis que j'ai cinq berges
Je ne connais pas l'abandon comme un spartiate
Mais je reviens sur mes pas comme le Prince Perse
Pourquoi les Hommes n'arrêtent pas de parler ?
La plupart vont se noyer dans flasque carrée
Dis-moi pourquoi tu rappes comme en 2010
Face aux chats de gouttière, je suis raz-de-marée

J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre
J'aime bien ton cadavre

Commenter cet article